Aëydann Syriamëna

    Partagez
    Anonymous
    Invité
    Invité

    Aëydann Syriamëna

    Message  Invité le Mar 3 Juil 2007 - 22:44

    Personnage :


    Nom : Syriamëna
    Prénom : Aëydann
    Age : 17 ans
    Sexe : Féminin
    Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
    Element maitrisé : La lumière
    Histoire : La nuit commença un 16 juin, aux environs de minuit. Maëlys attendait très fort ce moment-là. Mais cette nuit là, elle dût souffrir. Parysse fut aussitôt prévenu, et arriva au pied de la maternité à 23h45. Quelques membres du personnel préparaient déjà son arrivée. Maëlys sentait de plus en plus les courbatures. Il fallait être courageux. C’est ainsi qu’à 00h00, Aëydann naît, comptant ses premières secondes de sa vie.

    Quatre années passèrent, en suivant le fil des saisons, quatre années de bonheur parmi toute la vie qu’elle vivra. Quelques années d’apprentissage, elle commençait à parler, à dessiner puis à marcher. Aëydann était fille unique et le restera. Lors de l’année , tout pouvait paraître semblable aux années qui ont précédées. La petite allait déjà à l’école, apprendre à lire, à compter et à écrire. La jour du premier avril, comme dit-on le jour du « Poisson d’Avril ». Elle apprit à dessiner des beaux poissons et à les coller dans les dos de ses camarades. Avec ses amies, elle rigolait beaucoup, lui laissant les mauvaises choses de la vie.

    Juin, les semaines passaient vite. Aëydann était pressée d’être au jour de son anniversaire. Elle savait déjà qu’elle allait avoir un beau cadeau.
    En juillet et en août, Maëlys était soucieuse de l’absence quotidienne de son fiancé. Mais c’est en septembre que Maëlys appris que le deuxième métier de Parysse était proxénète. Maëlys était plus qu’écœurée. Avec une énorme douleur, elle le vira de chez elle. Triste et seule avec Aëydann, elle abandonna tout ses biens pour partir chez ses parents. Le temps de se consoler et d’oublier. La fillette ne comprenait rien à ce qu’il lui arrivait. Elle pleurait son père quand il lui manquait, mais elle ne savait plus pourquoi elle était seule. L'emploi du temps du reste de la famille était très désorganisé ; Maëlys eut des difficultés à s’occuper de sa fille.

    C’est alors qu’une rencontre se passa. Maëlys rencontra Sydox. Un homme « héroïque ». Il était très gentil, mais parfois un peu froid. Et son intelligence lui donnait plus de perfection. La maman reprenait goût à la vie ; avoir connu Sydox et l’avoir comme ami l’aidait. Mais ce devenu plus. Sydox était amoureux, et Maëlys aussi. Dans l’histoire, Aëydann devait être trop jeune pour donner son avis. Cela lui paraissait égal. Elle l’appelait Papa, comme si de rien n’était. L’année passait encore et encore.
    La fillette aimait beaucoup jouer avec Sydox, elle aimait ses jeux rigolos, comme le loup ou la souris ou bien le chat… Il disait souvent à Aëydann, qu’elle était belle et douce et que ses lèvres étaient pulpeuses, il jouait d'elle, et de son innocence,… Et puis un soir, Maëlys devait travailler si elle voulait gagner une récompense, c'est ce qu'elle fit. Elle confia alors sa fille à Sydox. Pour la garder ce soir là. Maëlys avait une confiance en lui. Le début de soirée se passait bien ; Sydox prit bien soin d'Aëydann pour qu'elle devienne forte. Il lui prépara à manger, il lui brossa les cheveux, et il en profitait pour les caresser et lui murmurer des mots doux à l'oreille. La fillette était en forme et énervée, elle refusait de dormir. Alors Sydox commencait à jouer avec elle, il courait après elle, à l'attraper. Et puis il s'arrêtait. Aëydann imitait ses faits et souriait de son brin de joie. Il demanda à la demoiselle :

    " Tu veux jouer à quoi si tu ne veux pas aller dormir ?
    - ...
    - Tu veux jouer au jeu que j'ai inventé ?
    - ... C'est quoi ?
    - Mets-toi toute nue d'abord, c'est très drôle, tu verras.
    - ...
    - Viens sur moi, regarde, ça, touche, goûte, et fait comme ça, et puis fait comme si c'était une sucette à la fraise..."


    L'innocence de la pauvre fillette la laissait dans la prison de l'adultère. Certes, elle pensait que c'était un jeu comme les autres, un jeu nouveau, mais elle compris à force, que ça pouvait presque mener à un assassinat.
    Sydox l'empoignait de plus en plus violamment. Puis Aëydann se débattait. L'homme finit par l'attacher aux pieds de la table basse qui servait de repose-pieds dans le salon. Aëydann tombait dans ce piège, comme ce qu'elle ressent de tomber dans un gouffre. Elle avait de plus en plus mal. Elle souffrait beaucoup. Soudain, la clé tournait dans la serrure de la porte. Sydox se rhabilla vite, et emmena Aëydann dans sa chambre. Elle avait les larmes aux yeux, même ses joues et même ses yeux étaient rouges. Maëlys rentrait. Par chance pour l'homme, Maëlys se trompait de clé. Il alla alors ouvrir, aperçevant la beauté d'une femme qui venait éclairer la pièce d'entrée. Il l'embrassa.

    Un mois plus tard, un jour lorsque Maëlys et Aëydann étaient que toutes les deux, Aëydann avoua l'adultère de Sydox. En l'apprenant à sa mère, elles avaient les larmes aux yeux. Maëlys ne guettait et ne pouvait souhaiter une chose pareille, pour sa fille, sa fille unique. Maëlys était perdue, pleurait dans tous les sens, frappait dans les lampes et donnait des coups de pieds bien violents dans les tables...
    Elle pleurait et pleurait davantage. La demoiselle pleurait, elle aussi de voir que sa aurait pû bien blesser sa tendre maman.
    Maëlys ordonna à Aëydann de rassembler tout ce qu'elle pouvait garder. Elle partaient. Elle quittaient ce satané logis. Laissant Sydox, bel et bien das la m****. Il était prévu qu'il rentrerait tard. Les deux filles pressèrent le pas sachant qu'il était encore tôt.
    Maëlys partit chez ses parents, se reposer et y trouver le réconfort absolu. Aëydann avait peur maintenant. Peur de croiser un malfaiteurs, soit un homme plus âgée qu'elle. Elle termina l'école, loupa une année et puis deux.

    En cet an, le 19 juin, plus précisément. Maëlys et Aëydann rentraient du supermarché. Aëydann avait la main de sa mère dans sa main. Et ne regardait plus de haut, par sa peur ui l'avait vaincue. Elle rentrait.
    Lorsque Maëlys ouvrit la porte, et éclaira la pièce, elle vit brusquement Parysse, se tenant debout derrière le bar. Il était entré par effraction par la fenêtre et attendait son exfiançée et sa fille. Maëlys était abasourdie, elle vivait mal depuis que ses mésaventures ont commençées. Elle posa brusquemment les résultats des courses sur la tablette et empoigna un couteau dans la cuisine, le tout, pour menacer Parysse qui s'était incrusté chez elle. Elle le menaçait, mais lui s'expliquait. Il regrettait.
    Aëydann le reconnu de peu ; elle connaissait sa voix, elle qui avait été très attentive.

    A 16 ans, elle devient célèbre, pour la beauté d'une jeune russe.
    Elle devenait connue dans cette partie du globe ; mais de nombreuses personnes la pourchassaient par jalousie. Elle fuguera donc, avant de se rendre ici.

    Description mentale : Aëydann, héritière du trésor de ces arrières-grands-parents, offre la moitié à ses proches pour sa générosité. Soi-disant dite « Fille de Riche », elle vit normalement, dans une famille de classe moyenne élevée et de ses parents peu riches. Elle pourrait même vivre sans argent, en gagnant sa vie, Aëydann qui est dynamique, gentille et gracieuse.
    Mais la demoiselle est renfermée, depuis le viol de son beau-père. Depuis ce jour, elle perdu le contrôle lorsqu’elle croise un homme âgé.
    Peureuse et lâche aux égards des hommes, envieuse et douce auprès de femmes et d’enfants, et dynamique et solidaire sous l’accompagnement de personnes âgées.
    Des points de vues différents, elle a, par rapport à la race. Aëydann se voit plutôt seule, mais se sent beaucoup mieux accompagnée. Sera-t-elle prête un jour ?

    Aëydann est timide, mais sa passion pour les arts la divernent. Déja petite, elle prâtait attention à ses feutres ; aucune de leurs pointes n'étaient abimées. Aëydann devenait une jeune artiste, d'ici tôt. Elle passe la plupart de son temps libre à le consacrer au dessin. Elle aime dessiner les traits d'un beau visage, ou bien les feuilles des arbres du paysage, comme autant dessiner des objets étranges, tous pleins de couleurs. L'aquarelle passe par son élément favoris. Etaler les couleurs à les éclaircir, c'est ce qui est magnifique. A voir...

    Description physique : Cette jeune femme a encore beaucoup à apprendre soite qu’elle se transforme de jeune fille à jeune femme. Aëydann née de sa couleur chaire, de sa race blanche. Au fur et à mesure, son teint s’accentue, au fil de sa croissance, son corps s’allonge, elle se métamorphose d’un cocon en papillon ; ses fesses se bombent, sa poitrine se relève, ses longues jambes s’amincirent, … Dans un corps de vierge, elle se sent belle, elle en est bein fière. Ses cheveux blonds d’origines, sont souvent méchés de mèches brunes. Dépendant des saisons, le couleur de sa chevelure varie selon l’intensité du soleil. Son visage est peu long, dévoilant son sourire câlin et agréable. Son nez est en vigueur et son menton large qui agrandit son visage, ses joues larges et brillantes et puis ses pommettes sensuelles…
    La plus belle chose qu’elle possède, sont ses yeux. Ses yeux d’amandes qu’elle a, d’une couleur verte claire, une couleur charnelle, ses yeux magnifiques. Une beauté inoubliable pour sa famille, ses parents.
    Aëydann est particulièrement mince et belle pour ses proches.

    Esprit :


    Nom : Kary
    Description : Aëydann raconte : C'était l'histoire, qu'il était une fois. (( Retour en arrière ))

    Un matin de printemps, le petit "Kary", naît. Peut-être on ne disait rien à l'époque, mais l'on éspérait tant de choses .. Je me souviens de ce printemps, je me levais, la veille était paisible, et la lune était pleine. Je me souviens. On regardait les informations à la télévision, c'était un mardi. Il y passait les dégâts de la planète, la sauvegarde des éspèces en voie de disparition, ... Je me souviens que j'étais terrifiée d'entendre souvent cela, ça revenait de plus en plus, et puis il y avait les attentats, c'était terrible. La nuit avait été lourde, mais je m'étais endormie facilement.

    Cette nuit là, je me souviens .. Que je rêvais. J'étais dans ma chambre, en train de lire un livre. J'étais allongée sur mon lit, les pieds croisés. Il faisait clair, probablement déja le temps se gâttait pour une si bone journée. Ca me paraissait un matin. Je lisais un nouveau livre que je demandais à Maman de m'acheter ; elle refusait pour cause d'argent, mais quand elle, l'a lu, elle avait pleuré. Ce livre résumait un peu sa méshaventure, elle me l'avait quand même fait lire, car elle voulait me faire comprendre aussi sans en m'en dire plus. Un moment, il pleuvait, dehors. J'ouvrit la fenêtre de ma chambre, et un orage m'a aveuglit, en passant tout près de moi. Quand j'ai ouvert les yeux, j'étais ailleurs. Je me souviens d'un grand noir, et de la présence d'un alô de lumière.

    Je l'ai vu, je l'ai vu naître. Je suis attérie dans une materité, j'ai vu ses deux parents, et son chirurgien. J'ai participé à sa naissance. Il était petit. Je me souviens encore, comme si c'était mon enfant, il était beau et déja fort. Le sang coulait sur la table, et sur les draps prévus à cet effet. Il s'appelait Kira. Kira était mon nom de garçon que j'aimait fort, un prénom que je trouvais si réel, qui me donnat chaud au coeur quand je pouvais l'entendre, si rarement. Il meurt. Kira s'étouffa, en sortant du ventre. Personne ne s'en rendit compte. L'enfant partit aussitôt. Moi j'étais invisible et je ne pouvais intervenir. C'était une image du passé, que je voyais, là, en rêve. Un autre esprit prit place dans ce petit corps devenu soudain sans vie. Je le voyais, cet esprit me faisait peur, mais j'en tombais amoureuse. C'était ma première fois. Je me souviens ...

    Je me réveillais, et je me rendormis. Il était 6 heures du mati quand je me leva. Je faisais un tour au cabinets, installé à côté de la douche. La télé était restée allumée durant la nuit. J'alla faire un tour dans l'appartement, celui de moi et de maman. Il n'y avait personne, Maman dormait tranquillement dans sa chambre, grâce aux somnifères qu'elle prenait abondamment. Je pris place dans la cuisine, au bar devant un verre d'eau pour me rafraîchir. A là télé, il y avait les informations. Et puis je ne sais pas pourquoi, un moment, dans cette boîte affreuse, j'aperçu Kira. Il était entouré de gens, ayant le front en sueur, il saignait, sur le visage, il se retrouvait avec une cicatrice au milieu de son oeil, il était essouflé et perdu dans ses pensées. Les caméras qui se trouvaient sur place bougeaient dans de différents sens, il tremblait. Il était entouré..

    Je me souviens encore, car je rêvais de celui-çi, une nuit et je le vis le lendemain à la télévision. Pour moi c'était affreux, je ne le connaissais pas. Il me faisait peur, mais j'en tomba amoureuse. Et puis je ne sais pas pourquoi, je me retrouva nez à nez avec lui. Je me levais du sofa, et il était en face de moi, tout près. Mon coeur se mit à battre, et je criait de toute mes forces, mais aucun son ne sortit de mes lèvres. J'avais les larmes aux yeux. C'était un champion, il paraissait étrange. Il n'était pas dans le même état que je le voyais à l'écran. Ses cheveux étaient en pagaille et son vêtement flottait avec le si peu de vent qu'il y avait.

    Je le trouvais beau. Il me plaisait. J'avais peur sur le coup, et je ne savais pas quoi faire ; dans quoi me retrouver. Il me prit sur le canapé ; il s'allongea sur moi. Je pouvais crier, mais je m'apperçu que ça ne servait à rien. Il avait environ mon âge. Il avait un air diabolique, mais il me plaisait. Il m'embrassa fougueusement. Des larmes coulaient sur son visage, et me les transmit en m'embrassant encore. Je ne disais rien et je profitais. Il n'y avait que lui et moi. Seuls. Il me prit encore et me fit l'amour, comme je ne l'avais jamais oublié.

    J'ai dormi avec lui sur le sofa. Il était partit lorsque je me réveilla quelques heures après. Je pleurais tellement je ne savais pas de quoi m'aviser. Je me souviens...
    Il venait souvent me revoir, en aparaissant totalement d'un coup et de je ne sais où. Je restais muette.
    séphiria
    séphiria
    Prêtresse de la nuit

    Féminin Inscrit le : 24/02/2007

    .o0 Feuille de perso 0o.
    Âge, Sexe: 21
    Élément:
    Emploi: prêtresse/chanteuse

    Re: Aëydann Syriamëna

    Message  séphiria le Jeu 5 Juil 2007 - 14:31

    c'est long mais j'ai réussi à tout lire [ouf]

    Bienvenue à toi.désolé s'il n'y a pas beaucoup de monde c'est parce que c'est les vacances, j'espere que tu seras validée. ^^
    June [ L'absente ]
    June [ L'absente ]
    Punk flambée

    Féminin Âge : 30
    Inscrit le : 07/02/2007

    .o0 Feuille de perso 0o.
    Âge, Sexe: 19 ans
    Élément:
    Emploi: bassiste / artiste de rue

    Re: Aëydann Syriamëna

    Message  June [ L'absente ] le Jeu 5 Juil 2007 - 19:17

    Arf arf !

    bon tu dois etre partie voir TH a l'heure qu'il est , mais j'avais commencé a lire ta fiche, sans repondre pour obeir sagement =p

    Bienvenue donc, et validée sans problemes !! ^^



    °~ The bass, the rock, the mic, the treble °~

    # I like my coffee black just like my metal ! #
    Anonymous
    Invité
    Invité

    Re: Aëydann Syriamëna

    Message  Invité le Mar 10 Juil 2007 - 19:48

    Re, merci beaucoup. J'avoue, pour l'histoire de l'esprit, je n'aurais pas penser faire un roman non plus ^^. Merci.
    Anonymous
    Invité
    Invité

    Re: Aëydann Syriamëna

    Message  Invité le Mar 10 Juil 2007 - 20:34

    Bienvenue!!!

    Contenu sponsorisé

    Re: Aëydann Syriamëna

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 19 Mar 2019 - 3:13